Visite d’un château de la Loire dans le Loir-et-Cher (41)

Lors d’une visite de Sargé sur Braye à Baillou, n’oubliez pas de découvrir le Château des Radrets, où vécut la famille de la Berruère de 1444 à 1521.

La famille d’Illiers de 1522 à 1765 et, Anne Racine. La petite fille du poète Jean Racine à partir de 1765, jusqu’en 1831, puis partie des personnalités qui habita également dans ce château.

Le château des Radrets est bâti sur un quadrilatère de fossé, possédant encore sur trois angles ses bastions d’origine, sur un éperon, dominant le confluent de deux vallées, la Grenne et la Braye,

Un simple cordon de roussard, la pierre du pays, forme une saillie suivant la ligne des toits. Cette pierre du pays est employée pour les encadrements de portes et de fenêtres.

L’ensemble est relié par une passerelle, à l’emplacement du pont-levis, à la Basse-Cour, l’ancien manoir, devenu la métairie au XVe siècle et possédant une grange couverte d’une charpente en carène de vaisseau renversé.

La visite permet de découvrir à l’intérieur du château, l’ancienne boulangerie et la salle des gardes, où sont présentés des documents photographiques et des dessins de la fin du XIXe siècle.

Mr Beauvais de Saint Paul et l’Abbé Onésine Blanchard ont précisé qu’il y avait un ancien manoir au Grille d’accès XI ou XIIe siècle appelé Tenay ou Tesné.

Les éléments d’architecture les plus anciens conservés jusqu’à présent qui se trouvent dans ce vieux manoir datent de la fin du XVe siècle.

À 100 mètres du Château de Radrets, côté sud, fut ensuite construit sans doute par la famille de la Berruère le château de la Berruère ou encore la Bruère.

L’ancien Manoir…


En 1521

Jean de la Berruère décrit son avis sur cet ancien manoir au sire de Mondoubleau.

Selon ses propres termes, son manoir de la Berruère... est composé d’un court, courtil, jardins, colombier à pigeons, plesses et garenne à connins défensable. Il poursuit sa description en précisant que le manoir contient un tenant trois septerées, joignant de toutes parts aux terres et bois de la métairie de Tesné... sans oublier la présence du moulin à blé de la Berruère, appelés le petit moulin sur la rivière d’Esgrenne »

Vers 1665

Un aveu de René-Élisée Darrot au seigneur de Mondoubleau décrit ainsi l’ancien manoir.

D’après Darrot, le manoir est une maison à demeure de fermier, une grange à écurie, étables à bestiaux et autres bâtiments couverts de tuiles. L’habitation est aussi un enclos de murailles, un verger derrière...

En 1670

René-Élisée Darrot décrit quant à lui les Radrets Comme étant : Une maison noble...

Composée d’un grand corps de logis couvert d’ardoises... lle complexe contient un enclos de grands fossés et murailles et pont-levis. Ces dispositifs furent installé par Roy lors des guerres civiles du royaume.

En 1677

Le château garde le nom de la Berruère de Saint Cyr de Sargé jusqu’en 1677,

En 1677 Louis XIV accorde par lettres patentes la réunion en un seul fief des hommages et fiefs voisins de la Berruère de Sargé, sous le nom de « la Berruère des Radrets d’Illiers en Vendômois ».

En 1765

Le 18 juin 1765 à lieu la vente des Radrets, à l’audience du châtelet à Paris.

Le beau et grand château a été vendu à Louis Grégoire Mirleau de Neuville de Saint Héry, écuyer, fermier général, époux d’Anne Racine, fille de Louis Racine et petite-fille du grand poète.