À quel mouvement littéraire appartient Jean Racine ?

Jean Racine est un poète et dramaturge français. Il a marqué la littérature française. Ses œuvres sont parmi les plus populaires. Ce dramaturge est né le 22 décembre 1639 en Picardie. C’est à Paris qu’il meurt en 1699. Ses œuvres les plus connus sont Les Plaideurs, Mithridate, Athalie ou encore Phèdre.

Le mouvement classique

Le classicisme est une expression idéologique et esthétique de la monarchie absolue. Il s’agit de l’une des époques les plus brillantes de l’histoire culturelle de la France. Il est né dans la première moitié du siècle. Le courant classique atteint son point d’influence le plus important dans les années soixante. D’ailleurs, il a été marqué par le rationalisme de Descartes. D’autant plus qu’il est en contact direct avec les mouvements philosophiques de l’époque. Le classicisme reposait sur différentes règles qui renforcent la réussite des œuvres au cours de cette période. La morale fut mise en avant tout comme la bienséance.

Le classicisme et le théâtre

Jean Racine œuvre est marqué par le courant classique. Il cherchait à soutenir la codification formelle entre la comédie et la tragédie. Le classicisme fut au cœur de différents débats pour la recherche de l’originalité. Pour Jean Racine, la distance géographique doit être remplacée par la distance dans le temps. L’art classique soutenant des conventions qui visait à la réussite des œuvres français. Par ailleurs, il renforça la grandeur des œuvres de théâtre. Dans ce contexte, le classicisme est vu comme un art littéraire à part entière bénéficiant d’une grande renommée. Il a un rôle moral en prônant la bienséance. Tout ce qui est contraire à la morale incitant à la violence est exclu.

Le courant classique

Le mouvement littéraire classicisme auquel appartient Jean Racine apportait une attention particulière pour le naturel et le probable. Le goût pour l’équilibre, l’ordre, l’intérêt ou encore la mesure est essentiel. Différentes unités sont observées dans l’esprit classique telles que l’unité de temps, de lieu ainsi que l’unité d’action. L’unité est aussi complétée par le ton qui fait la séparation des genres. Les pièces de théâtre respectaient la règle de la bienséance et la morale. Jean racine œuvre structurais ses œuvres en empruntant le même chemin. La comédie est plus libre à l’époque du mouvement littéraire classique. Dans des sujets particuliers, le ton et le langage employé visaient à enseigner et à divertir avec les comédies.